Les sorties du 21 novembre 2018

© Mars Films / Twentieth Century Fox France / Pyramide Distribution

 

Jessica Rat

19 novembre 2018

 

Chaque lundi, on vous propose de découvrir trois films qui feront l'actualité de la semaine. Entre blockbusters, réalisateurs de prestige ou encore coups de cœur des 80's babies, il y en aura pour tous les goûts. Place aux sorties du 21 novembre.

 

Mauvaises herbes, de Kheiron

 

Après le très beau Nous trois ou rien, où il racontait l'histoire vraie de ses parents qui ont fui l'Iran, avec l'aide de Leïla Bekhti, Gérard Darmon, Zabou Breitman ou encore Alexandre Astier sur le grand écran, l'humoriste révélé dans la shortcom Bref revient à la réalisation cinématographique avec un deuxième long-métrage tout aussi prometteur. Dans Mauvaises Herbes, dont il s'offre encore la tête d'affiche, aux côtés de nouveaux partenaires de prestige que sont Catherine Deneuve et André Dussolier, il incarne cette fois un personnage fictif dénommé Waël qui, lui-même un peu perdu dans la vie, va aider un groupe de jeunes en difficulté à reprendre le droit chemin. Une comédie, certes parmi tant d'autres sur ce thème de l'adolescence rebelle et de la deuxième chance, qui s'annonce toutefois aussi rafraîchissante que touchante. De quoi, en tout cas, attiser notre curiosité… 

Les Bonnes intentions, de Gilles Legrand

 

Cette semaine dans les salles obscures, on retrouve surtout Agnès Jaoui dans un rôle qui lui sied bien, et dont on ne se lasse pas : la bobo parisienne gaucho hyper investie pour la bonne cause. Dirigée par Gilles Legrand (L'Odeur de la Mandarine, Tu seras mon fils, Malabar Princess…), elle incarne dans Les Bonnes intentions une professeure de français bénévole dans un centre social, prête à tout pour aider les plus démunis — quitte à négliger sa propre famille. Lorsqu'elle se rend compte que la maîtrise de la langue de Molière ne suffira pas à ses élèves étrangers pour réussir leur intégration professionnelle, elle fait appel à un moniteur d'auto-école (Alban Ivanov) qui, lui-même pris par ses propres soucis, ne partage pas vraiment son humanité. Une rencontre haute en couleurs qui leur donnera, à chacun, un brin de perspective. 

Amanda, de Mikhaël Hers

 

Toujours aussi en vogue depuis le succès, il y a 9 ans déjà, des Beaux Gosses, Vincent Lacoste revient sur le grand écran pour la troisième fois cette année. Après Plaire, aimer et courir vite, qui lui avait valu les louanges des critiques, puis Première année, pour lequel il avait retrouvé le réalisateur (Thomas Lilti) et le thème (l'apprentissage en médecine) d'Hippocrate, l'acteur français devrait à nouveau connaître le succès en s'illustrant aujourd'hui dans Amanda. Il y joue David, jeune homme de 24 ans qui vit sa vie en toute insouciance… jusqu'au décès de sa sœur. Voilà qu'il doit dorénavant prendre ses responsabilités et ne penser, plus seulement qu'à lui, mais aussi à sa nièce de 7 ans, Amanda, dont il a dorénavant la charge, seul. Un sujet déchirant, porté par un casting touchant. Soit la promesse d'un grand moment d'émotion.

© 2018 WeAreThe80sBabies