Les sorties du 19 juin 2019

© Diaphana Distribution / Twentieth Century Fox France /  Ad Vitam

 

Jessica Rat

17 juin 2019

 

Chaque lundi, on vous propose de découvrir trois films qui feront l'actualité de la semaine. Entre blockbusters, réalisateurs de prestige ou encore coups de cœur des 80's babies, il y en aura pour tous les goûts. Place aux sorties du 19 juin.

 

Le Daim, de Quentin Dupieux

 

À peine un an après son génial Au poste !, Quentin Dupieux nous offre une nouvelle comédie délirante : Le Daim. Alors que Benoît Poelvoorde et Grégoire Ludig se partageaient l'affiche du précédent, ce film met en scène un certain Jean Dujardin dans un rôle hautement décalé — qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler sa récente apparition sur le petit écran, dans Dix pour Cent, où il jouait un acteur pris au piège de son personnage, obsédé notamment par le manteau qu'il portait sur le tournage…

 

Car oui, le pitch de ce long-métrage, c'est ça : à 44 ans Georges s'offre l'objet de ses rêves, une veste 100% daim. Complètement obnubilé par sa trouvaille, il s'admire tant devant son miroir que face au reflet de sa voiture, attend des compliments du serveur comme des clients au bar, et filme son "style de malade". Il devient un autre homme, pris d'un regain d'assurance. Plus rien ne peut l'arrêter…

Tolkien, de Dome Karukoski

 

Vous connaissez bien sûr l'histoire du Seigneur des anneaux, comme celle de son préquel Le Hobbit… Mais connaissez-vous l'histoire de leur auteur, le célèbre J. R. R. Tolkien ? Eh bien c'est ce que Dome Karukoski nous propose aujourd'hui. Après que Peter Jackson a fait (re)découvrir au monde les merveilleuses aventures de Frodon, sa communauté et son oncle Bilbon sur le grand écran, le réalisateur finlandais nous raconte aujourd'hui comment l'écrivain en est venu à imaginer un tel univers. Et c'est Nicholas Hoult, bien connu notamment des fans de X-Men, qui se glisse dans la peau du père sacré de la fantasy. 

 

Le jeune J. R. R. Tolkien, orphelin, se lie d'amitié avec des camarades artistes de la King Edward's School. Avec eux, il fonde la "Tea Club, Barrovian Society", une véritable communauté qui va l'inspirer dans ses écrits. Mais alors qu'il trouve aussi l'amour quelques années plus tard — auprès d'une certaine Edith (Lilly Collins), qui lui insufflera elle aussi quelques personnages de fiction —, la Première Guerre mondiale éclate… Que d'événements et d'expériences qui alimenteront l'imaginaire de l'écrivain. 

Nevada, de Laure de Clermont-Tonnerre

 

Laure de Clermont-Tonnerre, comédienne vue au cinéma dans Demain ?, Girafada, ou encore Adèle Blanc-Sec, nous présente son premier long-métrage en tant que réalisatrice. Et pour cette première, la Française nous emmène outre-Atlantique, dans le Nevada comme l'indique le titre de son film. Plus précisément, en opposition aux célèbres grands espaces de l'Ouest américain, c'est au sein d'une prison qu'elle va nous raconter son histoire, celle d'un détenu isolé qui va tenter d'obtenir une seconde chance à travers un programme de réhabilitation… peu commun.

 

Cela fait 12 ans que Roman (Matthias Schoenaerts) porte la tenue orange. 12 ans qu'il reste renfermé sur lui-même, ne parlant ni à ses co-détenus, ni aux autorités, ni à sa fille… Mais voilà qu'une opportunité unique lui est proposée, pour l'aider à se réintégrer : auprès d'un vieux cowboy dur à cuire, il va apprendre à dresser des chevaux. Des mustangs sauvages aussi fougueux que lui, qu'il devra s'appliquer à connaître et maîtriser, dans le but de faire face à ses propres démons

© 2018 WeAreThe80sBabies