Les sorties du 22 mai 2019

©  The Walt Disney Company France /  Le Pacte /   Metropolitan FilmExport

 

Marine de Guilhermier

20 mai 2019

Chaque lundi, on vous propose de découvrir trois films qui feront l'actualité de la semaine. Entre blockbusters, réalisateurs de prestige ou encore coups de cœur des 80's babies, il y en aura pour tous les goûts. Place aux sorties du 22 mai.

 

Aladdin, de Guy Ritchie

 

Après Dumbo en mars dernier et avant Le Roi Lion en juillet prochain, les studios Disney livrent cette semaine une nouvelle adaptation en prises de vue réelles d'un de leurs classiques : Aladdin. Et pour mettre en scène l'histoire du jeune voleur se rêvant prince, la maison de Mickey a jeté son dévolu sur le réalisateur Guy Ritchie, pourtant plus habitué aux gros films d'action et aux films de gangsters qu'aux films familiaux.

Côté casting, le cinéaste s'est entouré principalement d'inconnus du grand public puisque le héros est incarné par un certain Mena Massoud dont il s'agit du premier rôle d'envergure ; son ennemi juré, Jafar, est lui campé par Marwan Kenzari qui est apparu dans quelques blockbusters ces dernières années (Ben-Hur, La Momie...) ; quant à l'interprète de Jasmine, Naomi Scott, elle avait déjà une petite notoriété puisqu'elle jouait le Power Ranger rose dans le film du même nom sorti en 2017. Aladdin n'est d'ailleurs pas son seul gros film de l'année car elle sera en octobre prochain l'une des drôles de dames du reboot de Charlie's Angels

Face à ces jeunes gens, Guy Ritchie s'est tout de même offert les services d'une méga star américaine pour prêter ses traits au génie, nous avons nommé Will Smith ! Et c'est dans une ambiance joyeuse et fidèle au dessin animé, accompagnée d'une esthétique n'étant pas sans rappeler le cinéma de Bollywood, que tout ce petit monde s'illustre en action et en chanson puisque les morceaux du film de 1992 ont été repris tels quels. Nostalgie garantie. 

Sibyl, de Justine Triet

 

Ce n’est en réalité pas le mercredi 22 mai que Sibyl va sortir, mais le vendredi 24, jour de sa projection au Festival de Cannes. Ce nouveau long-métrage de Justine Triet - dans lequel la réalisatrice retrouve la star de son film précédent, l’acclamé Victoria, Virginie Efira - a en effet été choisi par Thierry Frémaux pour concourir pour la prestigieuse Palme d’or cette année. Dans ce film, la plus célèbre des actrices belges n’incarne plus une avocate, mais une romancière reconvertie en psychanalyste. Et c’est de l’une de ses clientes par qui elle est fascinée – Margot, une actrice enceinte de son partenaire de tournage, pourtant en couple avec la réalisatrice du film qu’ils sont en train de tourner – que Sibyl s’inspire pour son nouveau roman.

 

Pour donner la réplique à Virginie Efira, Justine Triet a misé sur un casting on ne peut plus glamour puisque sa cliente est interprétée par Adèle Exarchopoulos et l’amant de cette dernière par Gaspard Ulliel. À noter que le compagnon à la ville de Efira, Niels Schneider, incarne son homme à l’écran pour la seconde fois après le tragique Un amour impossible.  

John Wick Parabellum, de Chad Stahelski

John Wick est de retour ! Comme pour le second épisode, Chad Stahelski est seul aux commandes de ce nouvel opus - le coréalisateur du premier film, David Leitch, restant tout de même producteur - centré sur le fameux tueur à gages incarné à la perfection par Keanu Reeves. Ce dernier y donne une nouvelle fois la réplique à Ian McShane, Lance Reddick et Laurence Fishburne mais aussi à deux nouvelles recrues de taille : Anjelica Huston et Halle Berry, toujours très bonne dans le genre de l'action. 

Dans John Wick Parabellum (dont le titre fait référence à la  locution latine "Si vis pacem, para bellum" signifiant "Si tu veux la paix, prépare la guerre"), le héros a transgressé la règle la plus sacrée de l'Hôtel Continental - établissement servant de territoire neutre aux criminels du monde entier : il a tué en son sein. Il se retrouve alors traqué par des tueurs internationaux tous plus dangereux les uns que les autres...

© 2018 WeAreThe80sBabies