On y était : Slaves au Trabendo, sueur et folie furieuse

© Jessica Rat / 80's Babies

Clara Lemaire

30 octobre 2018

Slaves était de passage au Trabendo à Paris le 29 octobre pour défendre leur excellent 3e album, "Acts of Fear and Love", dans les bacs depuis cet été. Si l’on a eu très froid en arrivant à la Villette, les Britanniques ont réchauffé les corps en deux secondes. On vous raconte !

Quiconque a déjà écouté la musique de Slaves sait à quoi il doit s’attendre en concert. Du punk rock agressif – mais jovial – joué par deux lads anglais un peu tarés. Une guitare, un set de batterie, c’est tout ce qui leur faut pour retourner une salle. Une fois n’est pas coutume, Isaac Holman et Laurie Vincent ont lâché les chevaux. 21h quasi tapantes, les lumières s’éteignent. Quand la plupart des groupes prennent une musique classieuse pour faire leur entrée sur scène, Slaves, eux, choisissent We Like To Party des Vengaboys. Un tube dance des années 90 qui annonce le ton de la soirée : décalée et complètement folle, à leur image.

C’est avec Sockets que le duo lance les hostilités. Isaac torse nu, fracasse déjà sa batterie à grand coups de baguettes en se dandinant tandis que Laurie grimpe sur un ampli pour surplomber la fosse agitée. Malgré une tournée débutée il y a presque un mois, les Anglais ont toujours la méga patate. Et il en faut pour contenter les 700 furieux agglutinés ce soir devant la petite scène du Trabendo !

Comme à son habitude, Slaves sort la recette magique. Des tubes coups de poing barrés, qui mettent immédiatement un public en transe et font fleurir les slams : les derniers singles de leur 3e album, Magnolia, The Lives They Wish They Had, Chokehold ou bien encore le dansant Cut and Run. Mais également les meilleurs titres de leurs opus précédents comme l’incontournable Cheer Up London, la viscérale Sugar Coated Bitter Truth, ainsi que la diabolique The Hunter reprise en cœur par toute la fosse.

Grisé par l’ambiance, Isaac – absolument dégoulinant de sueur, mais sexy au possible – se mêle au public, lance un appel aux câlins, et finit par se jeter sur la horde de bras tendus. On a rarement vu d’aussi belles communions avec des fans !

Une heure de set apocalyptique, un peu trop court à notre goût (qui plus est, sans rappel, grosse frustration), mais qui a laissé le public sur les rotules. Les plus courageux, que l’on a  vu sauter dans tous les sens à chaque morceau, sont rouge écrevisse, et trempés. Si on leur demandait "Are You Satisfied ?" La réponse serait oui, sans hésiter.

Toutes nos photos du concert de Slaves :

© Jessica Rat / 80's Babies

© 2018 WeAreThe80sBabies