On y était : Pogo Car Crash Control, apocalyptique au Petit Bain

©Fred Lefranc

Clara Lemaire

1er février 2019

Jeudi pluvieux, jeudi heureux ! Et pour cause, ce 31 janvier, Pogo Car Crash était de retour à Paris pour un concert d’anthologie - complet - au Petit Bain. On y était, on vous raconte !

Après la claque du Download l’année dernière, on avait qu’une seule hâte, revoir Pogo Car Crash Control, ou P3C pour les intimes, en concert. Direction donc Quai de la gare et le Petit Bain, le love boat de tous les amoureux de gros son. À l’intérieur, la foule est déjà compacte et attend patiemment le groupe dont tout le monde parle depuis quelques mois dans la sphère punk grunge. Ceux qui les ont déjà vus en festival savent. Ceux qui ont suivi leurs potes sont sur le point de se prendre un coup de pied retourné dans la face.

 

La première partie, tRuckks, chauffe les plus téméraires qui se sont déjà installés au cœur de la fosse pour être aux premières loges. Quand Pogo Car Crash Control déboule 45 minutes plus tard, la péniche chavire. C’est avec Déprime Hostile que le groupe ouvre (c’est le cas de le dire) les hostilités. En quelques secondes, les corps se mettent à se cogner dans un balais apocalyptique. Olivier, Louis, Simon et Lola balancent les titres de leur excellent premier album, sorti l’année dernière : Je suis un crétin, Comment lui en vouloir, Rancunier, Tout Gâcher, En Boucle, Rire et PleursLes têtes oscillent frénétiquement, les bras se tordent, les jambes s’envolent. Tandis que quelques-uns battent en retraite vers le fond de la péniche, les slams émergent de part et d’autre de la petite fosse.

Sur scène, l’énergie est dingue. Chacun est possédé par son instrument et rend absolument tout ce que le public lui donne. “Aujourd’hui, c’est complet. On a déjà été complet une fois, c’était au Hellfest !”, balance Olivier, visiblement heureux que le public parisien se soit déplacé. Lorsque le groupe entame Crève, tout le monde est à l’agonie, sur les rotules. Sur scène comme dans la fosse, c’est une mare de sueur. Ne tardez pas à aller les voir, quelque chose nous dit que la réputation live de Pogo Car Crash Control ne va pas rester confidentielle très longtemps.

© 2018 WeAreThe80sBabies