Madonna en 10 clips culte

©Chris Weger

Clara Lemaire

16 août 2018

60 ans et une carrière qui fait déjà plus de la moitié de son âge. 36 ans de tubes, de transgressions, de looks improbables et de chorégraphies millimétrées qui en font aujourd’hui l’une des dernières grandes icônes de la musique. À l’occasion de son anniversaire, on vous propose dix clips culte à regarder encore et encore. Happy Birthday Madonna !

Everybody, "Madonna", 1983

Sorti le 6 octobre 1982, Everybody et son clip kitchissime filmé dans une boîte de nuit quasi-vide, lance la carrière de Madonna.  Mais il faudra attendre la chanson Holiday, son premier vrai succès commercial – et international – pour qu’elle soit propulsée dans le top 20 du Billboard Américain. C’est le début de la Madonna mania !

Into The Groove, réedition de "Like A Virgin", 1985

Issue de la bande originale du film Recherche Susan Désespérément (dans lequel Madonna tient le rôle principal aux côtés de Rosanna Arquette), Into The Groove célèbre avant tout la passion de la chanteuse pour le dancefloor. Ce n’est plus un secret pour personne, avant de devenir la star planétaire que l’on connaît, Madonna aspirait à être une grande danseuse.

Like A Prayer, "Like A Prayer", 1989

Like a Prayer, ou la vidéo qui choqua l’Amérique. Au programme, une jolie petite combinaison de sexe, de religion et de racisme qui fit bannir Madonna de l’Italie par le pape en personne. En contrat avec Pepsi au moment des faits, la chanteuse s’est également vu retirer son partenariat pour sa tournée et censurer de la nouvelle pub deux jours après sa diffusion. Certainement son clip le plus controversé !

Justify My Love, "The Immaculate Collection", 1990

Produit par Lenny Kravitz, le très sensuel Justify My Love est un prélude à l’album "Erotica" qui, une fois n’est pas coutume, sidéra toute l’Amérique. Au point que les plus mauvaises langues annonçaient déjà la fin de la carrière de Madonna. Avec ses scènes de sado-masochistes, de voyeurisme et d’homosexualité – encore taboue à l’époque – la vidéo de Justify My Love fut interdite de diffusion sur MTV. Une aubaine pour la chanteuse qui décida de produire le clip sur VHS et de la vendre. Un énorme carton.

Vogue, 1990

Initialement prévu pour être sur la face B du single Keep It Together (extrait de l’album "Like A Prayer"), Vogue l’a complètement éclipsé. Inspiré du "voguing", une danse pratiquée dans les clubs gays et qui emprunte certaines poses aux mannequins, le clip permit à Madonna de devenir l’une des références en la matière. Aux manettes de ce sublime clip en noir et blanc qui rend hommage à l’âge d’or d’Hollywood, un réalisateur de renom : David Fincher (Fight Club, Seven, Gone Girl…).  Une vidéo culte !

Frozen, "Ray of Light" 1998

Alors qu’elle vient de jouer le plus grand rôle de sa carrière dans Evita et de mettre au monde son premier enfant Lourdes, Madonna prend une toute autre direction musicale grâce à l’aide de William Orbit. Ensemble ils concoctent l’album "Ray Of Light", dont Frozen est extrait. Un clip très ésotérique puisqu’à cette époque, la chanteuse est en plein apprentissage de la Kabbale. Des images sublimes, tournées dans le désert des Mojaves en Californie par Chris Cunningham que l’on a aussi vu travailler avec Placebo, Aphex Twin ou bien encore Björk.

Music, "Music", 2000

En 2000, Madonna continue de surprendre en travaillant cette fois avec un Français, Mirwais et surfe sur la vague électro du moment. Enceinte jusqu’aux yeux de son fils Rocco au moment du tournage, le réalisateur du clip a trouvé un petite alternative en incluant un mini cartoon où la chanteuse se transforme en héroïne badass. Bonus guest star : c’est Ali G, alias Sacha Baron Cohen, qui conduit la limo !

American Life, "American Life", 2003

En 2003, la Material Girl des années 80 s’est envolée. Dans l’album "American Life", Madonna se transforme en rebelle et vomit sur la société américaine, le capitalisme et la guerre en Irak, ce qui lui vaudra de nombreuses critiques. Aux États-Unis, le single bat carrément des records d’impopularité (37e au Billboard). Le clip original – où elle endosse le rôle d’un sergent-major et dénonce les horreurs de la guerre sur un catwalk – est retiré de l’antenne par la chanteuse elle-même pour ne pas alimenter la polémique. C’est désormais une version très édulcorée que l’on peut trouver sur sa chaîne YouTube…

Hung up, "Confessions on a Dancefloor", 2005

Novembre 2005, un énorme tube déboule sur toutes les radios. Un remix disco pop de Gimme ! Gimme ! Gimme ! (A man after midnight) de Abba avec un hook qui entête, "Time goes by, so slowly..." C’est Hung Up, 1er extrait de "Confessions on a Dancefloor", vibrant hommage au disco des années 70 et à l’électro des années 80. Après le très sérieux "American Life", Madonna revient tout en légèreté, en justaucorps et paillettes,  et ça fait du bien.

4 minutes, "Hard Candy", 2008

S’il y a bien une chanson à retenir de "Hard Candy" – l’album urbain de Madonna – c’est sans aucun doute son duo avec Justin Timberlake et Timbaland, 4 minutes. Malgré des chansons aux prods intéressantes (Give It 2 Me, She’s Not Me, Beat Goes On, Devil Wouldn’t Recognize You), le disque signe un très (très) gros virage dans l’univers musical de Madonna après le catchy "Confessions on the Dancefloor", et peine à remporter l’adhésion du public. Il reste malgré tout son dernier bon album…. Alors on se regarde le clip en boucle – parce que vous aussi, on le sait, avez toujours rêvé de sauver le monde avec J.T. !

© 2018 WeAreThe80sBabies