On y était : Jurassic World, l'exposition 

© Cité du Cinéma / Universal Pictures

Jessica Rat

27 avril 2018

Après êtres passés par Melbourne, Philadelphie et Chicago, ils débarquent chez nous ! Les dinosaures de Jurassic Park, qui nous ont tant fascinés enfants et qui nous donnent encore aujourd’hui des frissons grâce au reboot de la franchise, sont là, dans la capitale. À peine deux mois avant la sortie sur nos écrans de Jurassic World : Fallen Kingdom, le 6 juin, la Cité du Cinéma a eu la bonne idée de faire venir ces reptiles d’un autre temps pour ravir petits et grands… Ou presque. 

 

Si, comme nous, vous avez fantasmé toute votre enfance de découvrir des fossiles ou, mieux encore, un moustique figé dans de l’ambre depuis que Steven Spielberg a redonné vie aux dinosaures, nul doute que l’annonce de cette exposition vous a mis des étoiles plein les yeux.

Mais autant vous prévenir tout de suite : si celle-ci vend du rêve, clairement, elle n’est pas à la hauteur des attentes (du moins en ce qui concerne les plus grands). Et c’est bien dommage parce que l’excitation est là, avant de s’éteindre à petit feu au gré de la visite — 45 minutes, vraiment sans se presser…


Au départ, il n'y a pas à dire, la magie fonctionne. En guise d’introduction, Jurassic World, l’exposition vous fait embarquer dans un navire direction Isla Nublar. À l’écran, une Ranger effectue une brève présentation. Dans les hauts-parleurs, la célèbre musique composée par John Williams retentit. Les portes s’ouvrent… Vous voilà dans la jungle, nez à nez avec les fameuses colonnes de l’entrée du parc et, juste derrière, des dinosaures, (presque) en chair et en os.

© Jessica Rat / 80's babies

© Jessica Rat / 80's babies

Vous êtes venu pour ça, voir des gros lézards disparus il y a quelque 65 millions d’années, et jusque-là vous êtes comblé, émerveillé face à la qualité des automates. On y croirait.

Donnez-nous plus de dinosaures !


C’est après que ça se gâte… Passé le petit tour dans le laboratoire génétique vu dans Jurassic World, on vous annonce (déjà) le clou du spectacle : un face à face avec l’illustre Tyrannosaurus Rex. Moyennement convaincu — vous auriez aimé qu’il rugisse fort, qu’il ouvre grand sa gueule à en faire trembler vos jambes — vous passez à l’autre moment clé de la visite : la rencontre avec Blue, l’amie Vélociraptor de Chris Pratt (qui ne fait pas partie du décor, calmez-vous). Que dire… Il n’y a pas de mots pour cette supercherie.

Alors, certes, les petits seront peut-être plus impressionnés que les grands. Et, certes, on conçoit qu’il n’est pas chose aisée de trimballer ces grosses bébêtes automatisées de part et d’autre des océans. Mais c’est bien tout le problème de cette exposition (surtout en considérant son prix d’entrée…) : elle laisse sur sa faim. Avec une terrible envie — et c’était sans doute l’objectif de l’opération, au final — de replonger dans ce qui restera quoiqu’il en soit l’une des sagas les plus mythiques du septième art.

Jurassic World, l’exposition

Du 14 avril au 2 septembre 2018

À la Cité du cinéma

— 21,90 euros / plein tarif —

© 2018 WeAreThe80sBabies