Download 2018 :

6 groupes à voir absolument !

Ambiance au Download Festival 2017 © Caitlin Mogridge /Downlaod Festival

Clara Lemaire

29 avril 2018

En seulement trois ans d’existence la version française du cultissime Download commence sérieusement à s’imposer dans le paysage des festivals. Concurrent direct du Hellfest – même si ce dernier se veut beaucoup plus extrême en terme de programmation – le Download a frappé très fort cette année en balançant des têtes d’affiche toutes plus alléchantes les unes que les autres : Ozzy Osbourne, Marilyn Manson, les Foo Fighters (que l’on attend depuis 2015) et les Guns N’ Roses en bonus. Rien que ça ! Le reste de la prog risque également de donner du fil à retordre aux indécis, alors, on est sympa, on vous aide, et on vous propose six groupes à inclure dans votre marathon !

 

Dead Cross

Fans du loufoque Mike Patton ? Alors précipitez-vous sur Dead Cross, le tout dernier projet du leader de Faith No More. Le chanteur et son pote Dave Lombardo (ancien batteur de Slayer) se sont embarqués dans une nouvelle aventure presque aussi barrée que Fantômas. Une musique pleine de fureur, sauvage et hardcore à souhait, supervisée par le producteur star de metal Ross Robinson (Korn, Slipknot, Limp Bizkit, Sepultura…). Dose d’adrénaline assurée !

Ghost

On ne présente plus le groupe de Tobias Forge, alias Papa Emeritus I, II et III qui, en un peu moins de dix ans d’existence, est déjà devenu culte. Si on vous conseille d’aller voir le plus adorable des papes satanistes et ses ghoules sans nom au Download, c’est qu’il devrait nous réserver quelques surprises en live. Avec la sortie de l'excellent quatrième album "Prequelle", inspiré par les fléaux du Moyen-Âge (la peste, les rats et tutti quanti), et l’avènement du Cardinal Copia, le concert de Ghost est tout simplement immanquable.

Wolf Alice

Si vous ne connaissez pas encore Wolf Alice, c’est l’occasion de vous y mettre ! Originaire du nord de Londres, ce groupe de rock alternatif est devenu le chouchou des Britanniques grâce à "My Love Is Cool" (2015), un premier album ultra accrocheur aux chansons anguleuses, immédiatement encensé par la critique. Un premier essai confirmé deux ans plus tard avec "Visions of a Life", classé en deuxième position des charts à sa sortie. Nommé aux Brit Awards et aux Grammy, sacré Meilleur groupe live par le magasine NME, le quatuor est devenu en trois ans une véritable référence de l’indé outre-Manche.

Franck Carter and The Rattlesnakes

Encore un dont la réputation live n’est plus à faire. Franck Carter, également connu pour avoir été le frontman du groupe de hardcore Gallows, est une véritable pile électrique. Désormais en solo avec ses "serpents à sornettes", le britannique déverse toute sa rage sur un punk rock fiévreux aux riffs acérés qui fait des merveilles sur tous les amateurs de pogos. N’oubliez pas les échauffements avant d’entrer dans l’arène !

Jonathan Davis

Surprise ! Jonathan Davis vient nous faire un petit coucou, mais sans ses comparses de Korn. Près de dix ans après avoir commencé à plancher sur un premier album solo, le chanteur a enfin pris le temps de le terminer et a dévoilé en début d’année un premier single, What It Is, aux paroles tortueuses. Intitulé "Black Labyrinth", l’opus débarque le 25 mai prochain, juste à temps pour les festivals. L’occasion d’aller vérifier que le frontman n’a pas perdu toute sa fougue en live !

Starcrawler

Alerte bombinette rock ! Encore quasi inconnu en France, Starcrawler est déjà sur toutes les lèvres en Californie. Repéré par Elton John, qui est un grand fan (si, si), le groupe a ensuite été programmé par Dave Grohl en personne au festival CalJam à Los Angeles. Et on les comprend. Côté musique, ça bouillonne de riffs garage contagieux et de rythmes frénétiques. Côté voix, Arrow de Wilde nous replonge directement au bon vieux temps des Runways et Yeah Yeah Yeahs. Leurs live sont – paraît-il – incendiaires et captivants. Un conseil, ne vous mettez pas au premier rang si vous tenez à votre t-shirt préféré, la chanteuse a la fâcheuse tendance à asperger son public de faux sang. On dit ça, on ne dit rien...

© 2018 WeAreThe80sBabies